Atelier de bouturage

SAINT GEORGES SUR BAULCHES. Samedi 6 janvier 2018. Atelier de bouturage par Denis Massot.

 

Anne-Marie Mercy, animatrice du groupe « Jardin d’agrément » accueille les 26 personnes venues écouter les conseils de notre spécialiste, Denis Massot, pour préparer des boutures d’arbustes, en vue de notre salon de septembre 2019 qui portera en partie sur les haies de particuliers.

Une partie de l'assistance.

 

Elle invite les participants à préparer chez eux une dizaine de boutures par variété, car il est toujours possible qu’il y ait des pertes d’ici septembre 2019, et à bien les identifier par des étiquettes. Il est préférable d’en avoir trop que pas assez. On peut aussi envisager d’en garder pour soi ou d’en proposer à la vente à l’occasion du salon, l’objectif étant de limiter le nombre de végétaux à acheter dans le commerce et de montrer notre savoir-faire.

Anne-Marie Mercy passe la parole à Denis Massot.

Nos intervenants Anne-Marie et Denis.

Il a amené différents types de contenants utilisés par les professionnels pour montrer l’évolution de la plante en feuillage et en enracinement en fonction de la date de bouturage. Le contenant doit évoluer progressivement avec le développement du contenu.

Bouturage de 5 mois en godet réalisé par des professionels.

Concernant le substrat, il recommande de mettre dans les pots un mélange 1/3 sable, de Loire de préférence, car non calcaire, 1/3 de terreau de rempotage et 1/3 de tourbe, pour obtenir une motte légère et filtrante. La 1ère année, on met une hauteur de 4 ou 5 cm de ce mélange dans des pots de 8, dans un an, l’enracinement étant bien fait, on va utiliser des pots plus grands de 30/40 et dans 2 ans, on passera à des pots de 60/80 …

 

Nos adhérents avaient, comme demandé, apporté un certain nombre de branches de végétaux de leur jardin, à bouturer : après inventaire, Denis Massot suggère quelques conseils de base pour faire de bonnes boutures :

  • le choix des branches est important : le degré d’aoûtage de la plante, (plantes ligneuses ou aoûtées, semi-ligneuses ou herbacées)
  • la période : de préférence en fin d’hiver ou en août. On peut faire des boutures d’août à mars.
  • le type de feuillage, (persistant ou caduc),
  • la technique utilisée (avec talon ou sous l’œil, ou avec crossette). Pour mémoire, le talon est pris sur le bois de 2 ans générateur du bois d’un an.

Bouture avec petite crossette.

 

Quelques précisions sont données :

Plus on avance dans l’hiver, plus la plante sera ligneuse, mais certaines plantes restent herbacées, souples, avec feuillage.

  • La plante semi-ligneuse  correspond à la période d’août à septembre : on peut par exemple bouturer dans cette période : l’Oranger du Mexique ou Choisya ternat, la lavande, le romarin, l’élaeagnus, le laurier-tin, le mahonia, le cotoneaster, les spirées, les weigelia, la Viorne de Carles ou Viburnum carlesii.
  • Tout ce qui est arbuste à feuilles persistantes se prête mieux à des bouturages en août, sous cloche au début, mais en maintenant bien l’humidité de l’air et du sol. Denis prend l’exemple d’un godet de fusain bouturé en août dernier et montre l’évolution de la plante : bon enracinement et feuillage déjà développé bien visible.
  • Les boutures faites en plein air ou sous châssis sont plus longues (20 cm) que les boutures faites sous cloche (10 cm).

Bouture de fusain faite en aout dernier.

  •  La plante herbacée, souple et avec du feuillage comme l’hortensia, le Viburnum tinus, l’aucuba, etc :   mieux vaut la bouturer en août.
  • La plante ligneuse, ou dite à bois sec, présente une certaine rigidité, et un feuillage caduc. Parmi les plantes ligneuses on peut citer le cassissier, le groseillier, le Viburnum opulus, le lilas, l’althéa, l’amélanchier, le cognassier du Japon, le fusain, le cotonéaster, le troëne,  le forsythia, le rosier, etc. Ces boutures se font de décembre à février.
  • Le bouturage se fait principalement sur une pousse de l’année, mais on peut avoir des tissus ligneux de plus d’un an. Le Viburnum tinus ou laurier-tin par exemple peut se bouturer sur du bois de 3 ans.

 

On appelle boutures ligneuses à bois sec, celles qui sont faites pendant l’arrêt de végétation.

  • Soit elles mesurent 30 à 40 cm et sont plantées de suite ; enterrées au 2/3 (avec talon ou sous l’œil)
  • Soit elles mesurent 15 à 20 cm, sont faites pendant la période d’hivernage et sont mises en jauge dans un premier temps, au nord, pour garder une certaine fraicheur et éviter les inconvénients des gelées. Puis, en mars, on les repiquera dans des godets ou en pleine terre.
  • Approche des deux méthodes : la mise en godet permet des déplacements de la plante, son inconvénient c’est que les racines sont vite trop serrées, et peuvent passer dans le sol par les trous du godet, car la nourriture y sera insuffisante. L’avantage des plants en pleine terre, c’est un développement normal de la plante. L’inconvénient, c’est qu’il faut faire une motte pour les déplacer sans encombre.

 

La bouture sous l’œil est la plus répandue dans la mesure où elle offre plus de possibilités : dans une même tige, on peut retirer plusieurs boutures. Elle peut se faire en plein air ou sous cloche, sous châssis ou sous tunnel. Elle convient aux boutures ligneuses, semi ligneuses ou herbacées.

Pour faire une bouture, on choisit une tige semi rigide de l’année,

Seule la bouture de gauche est valable.

 

On coupe au sécateur en partie basse,  sous un œil et en partie haute au-dessus de l’œil situé à 15 – 20 cm.  L’idéal est de commencer la coupe du côté opposé à l’œil pour terminer sous l’œil. On réduit le feuillage en coupant les folioles situées au-dessus de l’œil inférieur et on réduit la surface des feuilles supérieures. La bouture sera enterrée sur 5 à 7 cm. Les yeux latents se développeront sur la partie de tige enterrée. Le fait de tremper la racine dans un liquide contenant des hormones de croissance ne peut que faciliter la reprise.

La bouture à talon de 30 à 40 cm est faite en tirant le rameau d’un an de son support de tige de 2 ans. On laisse à l’extrémité de la bouture une petite partie proprement coupée du bois support, que l’on appelle le talon. C’est mieux pour les arbustes à fleurs ou à feuilles persistantes. La réserve nutritionnelle du bas du rameau est plus importante que dans le cas d’une bouture sous l’œil.

 

La bouture à crossette, pour mémoire, est une variante de la précédente mais le talon de bois de 2 ans est plus conséquent. (1 cm de chaque côté du bas de la tige)

 

© Texte et photos de Georges Chevaux

Espace Membre

Rechercher sur le site

Calendrier des animations 2017

« Janvier 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Météo AUXERRE

Mardi

min. 9 °

max. 9 °

Risque de pluie

Mercredi

min. 10 °

max. 13 °

Nuageux

Jeudi

min. 5 °

max. 11 °

Pluie

Jardinez avec la Lune

Position de la lune Aujourd'hui

 

cliquez sur la lune

Dernières modifications