Cactée/succulente

Cactée/succulente

 

A tiges segmentées, parfois grimpants, avec ou sans aiguillons*, arborescents, élancés, en coussinets, à tiges articulées fines ou fermes, en touffes, buissonnants, laineux, colonnaires, épineux, globulaires, toutes ces caractéristiques s’adressent aux cactées qui sont d’une richesse sculpturale indéniable.

Les cactées se prêtent à la constitution d’une collection.

La famille des cactacées ou cactées est la plus populaire des plantes succulentes* qui se définissent par le fait que leurs tissus charnus stockent de l’eau et de la nourriture en prévision des périodes de sécheresse.

D’autres plantes devant supporter les mêmes conditions climatiques leur ressemblent pour cette raison, 3 critères sont retenus pour classer une plante parmi les cactées :
- Le plus facilement retenu est la présence d’aréoles* sur l’épiderme.
- L’ovaire est placé sous les pièces florales.
- Le fruit est une baie contenue dans une loge.

Les cactus proviennent de milieux naturels très diversifiés, situés surtout entre les zones tempérées et tropicales du continent américain.

Ils sont recherchés pour différentes raisons, comestibles (figue de Barbarie), hallucinogènes (lophophora), réserves d’eau (céréus),  pharmaceutiques (aloe vera) ou tout simplement comme plante d’ornement à la beauté étrange fascinante.

Chez les cactus, on distingue 5 types à la morphologie particulière :
Les cactus primitifs ressemblent à des arbustes avec des feuilles,
Les oponces aux segments cylindriques ou en raquettes,
Les colonnaires aux tiges recouvertes d’aréoles le long des côtes, épaisses, allongées, dressées ou rampantes,
Les globuleux  à la tige sphérique structurée par des côtes ou mamelons en ligne ou en spirales,
Les épiphytes* aux tiges aplaties jouant le rôle de feuilles.

Ces plantes xérophytes* réussissent à survivre à des conditions extrêmes  de sécheresse et de chaleur. Pour cela, avec le temps, elles ont développé différents stratagèmes :

       Certaines fuient la saison difficile, effectuent  leur cycle (germination, croissance, floraison et fructification) pendant la saison favorable et disparaissent jusqu’à la saison suivante.

        Les autres résistent, s’adaptent :

              Les plantes limitent au maximum l’évaporation :
Les feuilles, déjà réduites chez les adéniums, euphorbes et pachypodiums sont devenues des » épines » chez les cactées. La tige assure la fonction chlorophyllienne.

La pellicule cireuse des cactées réfléchit la lumière et limite la déshydratation.

Les stomates*, moins nombreux que pour les autres plantes, restent fermés la journée limitant ainsi l’évaporation. La nuit, ils s’ouvrent et absorbent le dioxyde de carbone qui se combine à des acides. Pendant la journée, le dioxyde est restitué pour que la photosynthèse s’effectue normalement.  

             Elles stockent le maximum d’eau :
L’épaississement des tiges ou parfois le développement de racines tubéreuses a permis de constituer des zones de rétention d’eau.
Les nombreuses radicelles superficielles occupent une grande superficie.
La disposition des aiguillons sur les aréoles n’est pas due au hasard, en fait, l’eau se trouve canalisée sur ceux-ci, s’écoule le long des côtes* et rejoint le système racinaire (opuntias).

              Elles se développent à l’ombre d’herbes ou d’arbustes pour quelques-unes.


 

BESOINS

  • L’arrosage

Les cactées tolèrent une faible humidité ambiante les rendant de culture facile en appartement pourvu qu’ils disposent de suffisamment de lumière.

Cependant des espèces épiphytes préfèrent une atmosphère plus humide : zygocactus, schlumbergera et les épiphyllums. Pour se faire, des billes d’argile humides placées sous les pots leur apportent l’hygrométrie nécessaire.

L’arrosage s’effectue par le dessus, cela dépoussière la plante et limite les attaques des parasites. Il se fera tôt le matin ou tard le soir, avec de l’eau de pluie de préférence aérée.

Difficile de conseiller une fréquence d’arrosage qui dépend de l’espèce, du substrat, du pot utilisé, de l’exposition et de la température ambiante. En règle générale, si le dessous du pot et le substrat à une profondeur de 2 à 3 cm sont secs, il faut arroser.

Le substrat doit sécher entre 2 arrosages.

Certains restent en végétation toute l’année. Cela concerne ceux  originaires des régions équatoriales. Ces plantes souvent épiphytes  sont idéales pour les salles de bains où elles bénéficient d’une hygrométrie favorable.

Les autres resteront au sec et au froid de septembre-octobre à mars-avril, suivant le climat local durant leur repos hivernal.

  • La lumière

Une fenêtre exposée au sud convient parfaitement.
Les pots doivent être tournés de 180° de temps en temps, afin que la plante bénéficie de luminosité sur toute sa surface.

  • La température

Si le sol est sec, ils acceptent des températures de 5° à 10°C en hiver, mais ils ne supportent pas le gel exceptés les opuntias, les échinocéréus et les escobarias.

  • Le substrat

Les cactus ne sont pas exigeants quant à la nature du sol pourvu qu’il ne se compacte pas. Un mélange légèrement acide  composé à parts égales de sable lavé, de terreau de feuilles et de terre franche convient parfaitement pour 2 à 3 ans.

  • Le contenant

Les pots en terre absorbent l’excès d’humidité et offrent une meilleure stabilité si la plante est haute.

Les pots en plastique conservent plus longtemps la fraîcheur, mais avec le temps ils deviennent cassants.

  • La floraison

Elle est spectaculaire, mais brève et parfois seulement de nuit. Les fleurs, soyeuses, ont des couleurs éclatantes. L’hiver, un endroit sec, lumineux et frais recrée les conditions du désert favorable. Si l’air est trop chaud en hiver et surtout la nuit, la floraison peut être compromise. Une période de repos hivernal dans un endroit frais et sec est bénéfique pour la plupart des cactus.

 Les espèces à port globuleux apprécient un rebord de fenêtre ensoleillé et fleurissent facilement.

  • L’engrais

A utiliser à faible dose pour éviter une croissance trop rapide donnant des pousses frêles.

Un engrais  spécifique des agrumes, peu azoté, renforce cependant leur système racinaire et leur résistance aux maladies.

 

MALADIES ET PARASITES

L’épiderme ferme des cactées les rend peu sensibles aux maladies et aux parasites.

Les pucerons lanigères disparaissent sous le pinceau imbibé d’eau et d’alcool. La plante sera ensuite couverte une journée puis pulvérisée d’eau avant de retourner au soleil.

Si les nouvelles pousses deviennent grises, il se peut que les araignées rouges en soient la cause. Des pulvérisations régulières d’eau diminuent les risques.

Les cochenilles sont traitées de la même façon, si elles ne sont pas trop nombreuses.
   

MULTIPLICATION

La multiplication végétative
Elle se pratique au printemps ou au début de l’été.
Certains cactus comme les opuntias et les téphocactus par exemple produisent des articles*, d’autres, les mammilarias et les rebutias, ont des rejets qu’il est facile de détacher au niveau du rétrécissement de l’articulation avec un couteau affûté ou une lame de rasoir préalablement désinfecté.

La texture de la bouture étant différente de celle des autres plantes,  elle ne doit pas être replantée tout de suite, mais laissée dans un endroit sec et lumineux pendant quelques jours. Tout dépend de la turgescence de la bouture. Le latex* s’écoulant sur la surface sectionnée doit sécher et durcir.

La greffe
Elle peut s’avérer nécessaire pour différentes raisons :
- favoriser le développement de plantes à enracinement faible ou à croissance faible

- permettre de raccourcir le délai de floraison

- conserver des formes et des caractères particuliers

- protéger une espèce du pourrissement

Le porte-greffe devra être sain et vigoureux. Le trichocereus  pachanoi est souvent choisi pour sa sève adhésive, sa résistance au froid et à la sécheresse.

Il est aussi courant de voir des cactus greffés sur des porte-greffes triangulaires. Dépourvus de chlorophylle, les greffons ne pourraient pas se développer sans intermédiaire.

La greffe à plat  ne présente pas de grandes difficultés pourvu que les surfaces sectionnées du greffon et du porte-greffe aient le même diamètre.

Les tissus vasculaires  des 2 parties vont se souder. Pour favoriser la reprise, il faut biseauter un peu l’épiderme coriace du greffon et du porte-greffe. Le centre du greffon doit rencontrer totalement ou partiellement celui du porte-greffe.

La  greffe est maintenue dans la fente pratiquée sur la plante -hôte par un gros aiguillon de cactus ou un cure-dent.

 

QUELQUES PRECISIONS CONCERNANT LES SUCCULENTES PHOTOGRAPHIEES

 

Le lobivia, anagramme de Bolivie, pays où l’on rencontre beaucoup d’espèces de ce genre qui est le plus diversifié des cactus. Réputé pour la beauté de ses fleurs, il comprend des espèces miniatures de 2,5 cm et des plantes colonnaires de 10 m, avec des tiges d’un diamètre de 35 cm.

L’opuntia tire son nom d’une ville grecque. Il a des glochides sur les aréoles.

L’aire de répartition de l’opuntia est très vaste : du Canada jusqu’à la Patagonie.

Ses fleurs sont magnifiques, surtout s’il est en pleine terre. De culture facile, il s’accommode de tout type de substrat.

Le rebutia, nom générique dédié à P. Rebut, négociant en cactées à la fin du XIXème siècle. Ce groupe comporte des petites plantes à tête globuleuse. Les espèces dépourvues d’aiguillons sont plus exposées aux brûlures du soleil. L’hiver, au sec, elles résistent à des températures voisines de 0°C.

     

GLOSSAIRE

Aiguillon : feuille transformée qui fait partie intégrante du tronc et qui pique.

Aréole : petit coussinet sur l’épiderme. De cette zone, poussent aiguillons, poils, laines et soies, fleurs et pousses secondaires sauf pour les mammilarias.

Article : partie de tige entre 2 rétrécissements.

Côte : arête plus ou moins marquée.

Epiphyte : se dit d’une plante qui se développe sur une autre plante sans puiser dans les ressources de son hôte.

Latex : sève blanche, laiteuse, toxique et parfois irritante pour les yeux. Il joue un rôle dissuasif contre les herbivores et les parasites.

Mamelons : protubérances plus ou moins alignées typiques des mammalarias.

Succulente : se dit de plantes dont les tissus charnus stockent l’eau et la nourriture dont la plante à besoin.

Xérophyte : qui s’adapte naturellement à un milieu aride.

Texte rédigé par Micheline Dumont.

Espace Membre

Rechercher sur le site

Calendrier des animations 2017

« Septembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Météo AUXERRE

Mercredi

min. 6 °

max. 18 °

Partiellement nuageux

Jeudi

min. 8 °

max. 22 °

Ciel dégagé

Vendredi

min. 8 °

max. 22 °

Partiellement nuageux

Jardinez avec la Lune

Position de la lune Aujourd'hui

 

cliquez sur la lune

Dernières modifications