Arbres fruitiers

Arbres fruitiers : soins à apporter

 

Après plusieurs années de fortes fructifications, les arbres fruitiers ont besoin d'une attention particulière.

En effet, les récoltes abondantes de ces dernières saisons les ont épuisés et il est nécessaire de les revitaliser en leur prodiguant des soins et en leur fournissant des apports alimentaires appropriés.

C'est à l'automne que les arbres reconstituent leurs réserves pour un redémarrage au printemps prochain.

 

Dans le verger, on s'attachera à faire un diagnostic santé par sujet, par variété, afin de définir les besoins et d'apporter les soins correspondants ainsi que les apports nourriciers utiles à la bonne végétation de l'arbre.

En priorité : regarnir le garde-manger de l'arbre

Pour ce faire, il est nécessaire d'avoir une bonne connaissance des qualités et des défauts du sol qui supporte les arbres fruitiers pour procéder efficacement à une bonne fertilisation ou à un amendement correct.

Le but de la fertilisation ou de l'amendement n'est pas de "doper" l'arbre, mais 
** d'activer les échanges entre les racines et la terre.
** d'améliorer les caractéristiques physico-chimiques et biologiques du sol.
** d'aider l'argile à se "floculer" pour que le sol soit moins lourd et moins compact.
** d'apporter les nutriments nécessaires dans un sol vivant où les échanges chimiques pourront se faire.

On peut employer les amendements organiques tels que les fumiers, les terreaux, les composts… ou les fertilisants minéraux comme la corne broyée, les scories potassiques, le sang séché, le potenkalis ou les engrais dits de fond (longue durée).

Il faut savoir que, pour son développement et sa fructification, un arbre a besoin des éléments suivants :
azote - phosphore - potasse - magnésie - soufre, ainsi que des oligo-éléments, tels que le cuivre, le bore, le zinc, le molybdène, le manganèse, le calcium… qui sont les éléments catalyseurs de la croissance de ses tissus et dont l'absence éventuelle pourrait être néfaste.

Pour la mise en œuvre de la fertilisation ou de l'amendement, on peut intervenir de plusieurs façons :
** si le sol est enherbé au pied de l'arbre, les apports sont effectués au cours d'un bêchage léger à la fourche bêche ou dans des trous réalisés à la baramine sur le pourtour de l'arbre, à l'aplomb de l'extrémité des branches.
** si le sol est cultivé, les engrais en granulés peuvent être enfouis par griffage léger.

Attention à la paille sur les plantations.
Ne mettre que du fumier bien mûr, non pailleux, car dans le cas contraire, la paille provoquera un assèchement du trou de plantation par son pouvoir d'absorption élevé. On appelle cela " l'effet mèche " de la paille
.

Veiller à l'état sanitaire des arbres.
Ne pas oublier d'effectuer les traitements annuels de base : fongicides et insecticides.
- A l'automne, à la chute des feuilles, cuivre ou oxychlorure de cuivre à raison de 15 gr/litre.
- Au printemps, au gonflement des bourgeons, renouveler le traitement ci-dessus à raison de 7 à 8 gr/litre.
Pour une meilleure adhésion du produit, mettre 10% de petit lait ou un mouillant à base d'alcool terpénique à la dose de 2 ml par litre.
- Lors de la période hivernale, on procèdera à deux traitements à un mois d'intervalle avec des huiles de paraffine. A pulvériser sur le tronc et sur les branches à gouttes perlantes.

La taille hivernale.
On effectuera une taille douce, respectueuse des règles liées à la physiologie végétale.
Elle sera exécutée sans coupe traumatisante de grosses branches. On s'attachera à aérer le houppier de l'arbre en retirant les rejets, les bois morts et une partie des brindilles. On raccourcira le prolongement des coursonnes et on enlèvera les parties basses retombantes
.

Bien cicatriser les plaies de coupe d'un diamètre supérieur à 2 cm, avec un cicatrisant de bonne qualité.

C'est en début d'été que survient une des étapes clés du développement des fruits : la nouaison. Il s'en suit une phase d'éclaircissage naturelle appelée chute physiologique, qu'il conviendra de compléter en éliminant manuellement les fruits minuscules, à peine formés.

Ensuite, on procèdera à l'éclaircissage des fruits en supprimant ceux dont la croissance a été stoppée.

S'il y en a beaucoup à enlever, exécuter ce travail en deux temps, à quinze jours d'intervalle, pour éviter l'afflux de sève sur les fruits restants. Le maintien de ces fruits ne pourrait qu'affaiblir l'arbre qui, l'année prochaine n'aurait plus la force de produire.

L'éclaircissage manuel permettra de faire disparaître le phénomène naturel dit d'alternance qui ne permet de n'avoir qu'une récolte sur deux.

Assurer tout au long de l'année, une surveillance phytosanitaire régulière des arbres afin de détecter toute attaque d'insectes ravageurs ou de maladies cryptogamiques.
Ne traiter que pour une attaque bien identifiée et que si celle-ci présente un risque pour l'arbre ou ses fruits.

Néanmoins, on peut effectuer des traitements légers, avec des produits bio pour renforcer les défenses naturelles de l'arbre.
Exemple:
~ extrait de raifort, en infusion contre moniliose, chancre et tavelure.
~ soufre et cuivre contre le mildiou et l'oïdium (attention, pas de cuivre sur les arbres à noyaux pendant la période de végétation).
~ pyrèthrines naturelles contre les insectes ravageurs
~ baccilus thuringiensis contre les chenilles défoliatrices
~ colliers englués sur le tronc des arbres contre le carpocapse et les fourmis
~ pièges à phéromone contre le carpocapse
~ extrait à froid d'ortie, comme dynamiseur de végétation. Il stimule la croissance en fournissant directement des nutriments assimilables
~ extrait de prêle, en décoction, pour le renforcement des défenses naturelles du végétal. De plus, elle est fongique.

Les purins de plantes ne doivent pas être employés comme palliatifs aux divers soins à prodiguer au verger.

Ne pas oublier de pratiquer la taille en vert en pinçant et ébourgeonnant régulièrement les fruitiers en période de végétation. La cicatrisation se fait mieux en période de sève. Cette taille favorise le développement et le maintien de la ramification. Elle permet la suppression des organes fructifères en surnombre (chiffonne et bouquets de mai), ainsi que les frottements entre branches.

On n'effectuera pas de taille en vert dans les trois cas suivants :
- montée de sève au printemps
- période de forte sécheresse
- début d'automne (reconstitution des réserves de l'arbre).

Pour plus de renseignements, je vous invite à poser vos questions sur le forum du site de la Société d'Horticulture de l'Yonne. Nos spécialistes vous répondrons.

Article rédigé en 2007 par Christian DELBOS.

Espace Membre

Rechercher sur le site

Calendrier des animations 2017

« Septembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Météo AUXERRE

Vendredi

min. 9 °

max. 22 °

Partiellement nuageux

Samedi

min. 8 °

max. 22 °

Partiellement nuageux

Dimanche

min. 8 °

max. 23 °

Partiellement nuageux

Jardinez avec la Lune

Position de la lune Aujourd'hui

 

cliquez sur la lune

Dernières modifications