Racine

Racine : association avec les champignons

 

La majeure partie des végétaux vit en association avec les champignons. Chacun y gagne.

 

Les champignons sont dépourvus de chlorophylle ; or celle-ci, grâce à l’énergie lumineuse, élabore la nourriture carbonée nécessaire aux champignons.

Les champignons sont hétérotrophes* pour le carbone.

 

Pour assurer leur survie, ils ont donc développé différentes stratégies :

   - les champignons parasites vivent aux dépens d’un être vivant provoquant des  
     maladies (mycoses, etc.)
   - les champignons saprophytes décomposent les êtres vivants morts.
   - les champignons symbiotiques s’associent soit à une algue comme les lichens 
     soit à un végétal.


La partie aérienne des champignons contient des spores qui tombent, germent et donnent des filaments s’associant à d’autres pour former un réseau souterrain inextricable : le mycélium.

Celui-ci va quadriller l’espace autour de lui pour couvrir un maximum d’espace.

Le mycélium arrive dans la zone de contact avec les racines des végétaux. Il va s’établir une symbiose étroite, une alliance originale pour donner un organe mixte : la mycorhize.

Elle fabrique un manchon à  l’extrémité des racines ou des vésicules qui s’irradient dans la rhizosphère. Ceci augmente la surface absorbante des racines.

Dans la rhizosphère vivent un nombre considérable d’organismes tels que vers, bactéries et champignons qui, malgré leur petite taille, dégradent une masse importante de matière organique pour former l’humus.

L’humus, formé de restes de végétaux et d’animaux partiellement décomposé, est riche en éléments nécessaires aux plantes : le soufre, le calcium, mais surtout l’azote que les micro-organismes cités ci-dessus ont converti en nitrates et ammoniaque pour les rendre assimilables par les végétaux.

Les champignons sont un maillon d’une chaîne de décomposeurs qui assurent le renouvellement des réserves du sol mais cela ne leur est possible que s’ils trouvent des glucides apportés par la fonction chlorophyllienne des végétaux.

Les mycorhizes favorisent donc les échanges chimiques et améliorent l’absorption de l’eau et des micro-éléments utilisés par la plante. Le risque de maladies des racines est diminué, ainsi que le stress dû à une sécheresse, un rempotage ou un hiver rude.

A savoir, les pratiques culturales employant des fongicides vont perturber, voire interrompre les processus naturels décrits ci-dessus.

Quand on ramasse des champignons, il ne faut couper que la partie extérieure «le champignon ou chapeau » ; ainsi, le mycélium restera intact. Il continuera à aider les plantes voisines et à produire de nouveaux « champignons ».  

  

Des associations plus ou moins spécialisées se sont créées :

Certains champignons font preuve d’une fidélité à un seul arbre telles les truffes qui se trouvent sous les chênes.

D’autres, comme le bolet livide et le lactaire lilas se rencontrent sous les aulnes.

Le hêtre est courtisé par une trentaine de champignons.

 

Pour les orchidées, le cas est particulier. Leurs graines sont minuscules et dépourvues de réserves. Leur germination n’est possible qu’en association avec certains champignons qui leur procurent la nourriture carbonée. Les graines se transforment, vivent aux dépens du champignon puis la relation évolue vers une symbiose quand la plante peut satisfaire ses besoins carbonés grâce à son système foliaire.

* hétérotrophe : être vivant  qui ne peut effectuer par lui-même la synthèse de tous 
                             ses constituants.

Texte rédigé par Micheline Dumont.

Espace Membre

Rechercher sur le site

Calendrier des animations 2017

« Novembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930

Météo AUXERRE

Mercredi

min. 9 °

max. 14 °

Partiellement nuageux

Jeudi

min. 11 °

max. 16 °

Partiellement nuageux

Vendredi

min. 6 °

max. 13 °

Risque de pluie

Jardinez avec la Lune

Position de la lune Aujourd'hui

 

cliquez sur la lune

Dernières modifications