Le latin facile au jardin

AUXERRE. Le samedi 14 février 2012. Conférence de Gaby THOMAS.

 

A l’occasion de la permanence de notre Centre de Documentation le mardi 14 février après-midi, dans les locaux de la Société des Sciences Historiques et Naturelles, une vingtaine de personnes étaient venues écouter la causerie de Gaby Thomas sur l’implication du latin en botanique.

 

Son mari avait préparé une projection sur écran pour appuyer son intervention et faire passer le témoignage de Diane Adriaenssen, auteur belge de l’ouvrage bien connu « Le latin de mon jardin ».

 

 

Les noms des plantes nous viennent en partie de ceux qu’avaient inventés nos prédécesseurs, en particulier, les Grecs, comme Théophraste ou son élève Dioscoride, ou les Romains, comme Virgile ou Pline l’Ancien. Comme la même plante pouvait avoir différentes appellations, il a fallu trouver une méthodologie pour se comprendre, et progresser logiquement dans la répartition des espèces : c’est ainsi qu’est née une nouvelle science : la taxinomie végétale. Dans son « Species Plantarum » en 1753 , le Suédois Carl von Linné répertoria en latin environ 6.000 plantes selon une classification binaire :  la nomenclature binomiale ou binominale , reconnue internationalement.

Ainsi, une  plante est désignée par un premier mot qui est le nom du genre (avec la 1ère lettre en majuscule), auquel elle appartient, suivi d’un adjectif épithète qui la décrit sommairement, et le tout est écrit en italique : exemple : Salvia coccinea.  On peut aussi trouver à la suite une lettre en majuscule, suivie d’un point, qui est la 1ère lettre du nom du botaniste qui en a fait la description. Parfois on aura également, à la suite du nom, le sigle « sp » qui signifie « espèce », ce qui indique que l’on a affaire à une plante botanique, ou le sigle « ssp » qui signifie « sous espèce ». (Lorsque la plante est un hybride, on mettra le nom de cultivar (qui, lui, n’est pas en latin) entre guillemets exemple : Salvia coccinea « Snow Nymph »).

Dans le langage courant, on utilise souvent le nom vernaculaire de la plante, ou nom commun (qui peut être différent selon les régions), ainsi la même plante désignée par son nom latin évitera toute confusion.

L’adjectif qui définit la plante peut évoquer son pays d’origine, (japonica, sinensis ..) son biotope (sylvatica, palustris), son aspect général (pendula, erecta), sa forme et sa texture de feuille (tomentosum), sa couleur (alba), ses saisons (autumnalis), son côté parfumé (fragans) ou malodorant (foetida), et même le nom de son découvreur ou de la personne honorée (lemoinei).

Cette approche rapide de la plante peut permettre, à la simple lecture, de savoir où la mettre dans le jardin et quel sol lui convient le mieux.

Gaby Thomas a également citéCharles Louis L'Héritier de Brutelle, magistrat français, passionné de botanique, qui vécut au 18 ème siècle et nous a laissé un herbier de 8000 plantes.  Au départ, Linné décrivait dans le genre Geranium aussi bien le Geranium robertanium, plante vivace de nos campagnes que le Pelargonium i peltatum ou pelargoniun lierre, originaire d’Afrique du Sud et arrivé en Europe en 1701, mais ce passionné a établi une distinction entre les Geranium, (comprenant 10 étamines), les Pelargonium (7 étamines) et les Erodium (5 étamines). Ainsi ce que nous nommons encore geranium lierre est en réalité un pelargonium lierre.

 

Des questions ont été posées en fin de séance, dont l’une sur la nomenclature des plantes. Il semble que nous commencions par le règne, puis l’embranchement, la classe, l’ordre, la famille, le genre, l’espèce et ses variétés. Chacune de ces catégories peut comporter une sous catégorie. Le terme de taxon récemment introduit désigne l’unité systématique quelque soit le niveau où l’on se situe : par exemple : on parlera aussi bien du taxon  Salvia coccinea  (l’espèce) que du taxon Lamiaceae (la famille). Les familles sont identifiables par la terminaison latine en « eae ». Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le latin reste une langue universelle et évolue grâce aux découvertes des botanistes et aux progrès de la science.

Gaby Thomas a proposé de faire un achat groupé pour l’ouvrage cité plus haut.

Les membres présents l’ont remerciée chaleureusement pour sa présentation et son implication.

©Georges Chevaux.

Espace Membre

Rechercher sur le site

Calendrier des animations 2017

« Novembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930

Météo AUXERRE

Mercredi

min. 9 °

max. 14 °

Partiellement nuageux

Jeudi

min. 11 °

max. 16 °

Partiellement nuageux

Vendredi

min. 6 °

max. 13 °

Risque de pluie

Jardinez avec la Lune

Position de la lune Aujourd'hui

 

cliquez sur la lune

Dernières modifications