B.R.F. : mise en oeuvre dans un jardin privé

MONTIGNY-LA-RESLE. Samedi 6 octobre 2012. Chez Chantal et Christian DELBOS.

 

Suite à la démonstration en salle du 31 mars dernier, par Gaby Thomas, sur les modalités d’emploi du Bois Raméal Fragmenté (B.R.F.), le samedi 6 octobre 2012, nous étions conviés à 14 h30 à visiter le jardin de Chantal et Christian Delbos, à Montigny-la-Resle, expérimentateurs de cette méthode depuis huit ans. Christian Delbos, depuis 1985, n’a ni bêché ni labouré son jardin dont le sol est peu profond et à dominante argileuse. Il a utilisé le B.R.F. avec une technique particulière adaptée à ce type de sol.

 

Toutes les photos sont de © Georges Chevaux.

 

Nous étions une douzaine de personnes intéressées par cette approche, même si, chacun n’a pas la possibilité de s’approvisionner facilement en matériaux ligneux et de disposer d’un broyeur.

 

 

Christian Delbos récupère chez lui, dans son jardin et son verger, tout ce qu’il peut et va compléter ses besoins par un apport de jeunes branchages de noisetier, charme, etc., dans un terrain situé à l’extérieur. Il rappelle à l’occasion qu’il faut bannir les résineux et les arbres à tanin. Seul, le sapin Douglas peut être inclus dans une proportion raisonnable (5 %), car il n’acidifie pas le sol, mais il reste le problème de la résine qui n’est pas soluble.

 

A cette période de l’année, les légumes au potager ont été en partie récoltés, et de la place est disponible pour une application de BRF d’automne. Ce BRF sera broyé en sève avec les feuilles. Nous avons pu constater le résultat des premières applications d’automne.

 

Il commence par apporter un engrais organique N.P.K. 11-4-4 pour compenser le besoin d’azote du terrain qui va devoir « digérer » le B.R.F. Il ajoute des végétaux fibreux ou semi-ligneux broyés, en provenance de son jardin : fleurs, tiges d’arroche, de framboisiers… Ils seront lentement décomposés par des micro-organismes, tout autant que l’humidité le permette. On aura ainsi un apport d’amidon, de sucs, de chlorophylle, de protéines et d’azote. Le B.R.F. viendra couvrir cette surface sur une épaisseur de 5 cm environ. Il ajoute ensuite 10 cm de feuilles, qui protégeront le sol contre le froid et laisseront « quartier libre » aux vers de terre qui travailleront pendant tout l’hiver. Il nous explique que si ces feuilles étaient placées sous le B.R.F., elles se compacteraient, et pourraient entraîner un colmatage du sol, ce qui gênerait l’assimilation du B.R.F. par le sol. Pour optimiser l’opération, le B.R.F. sera ensemencé par un apport de litière forestière à raison de 100 litres par are.

 

 

A noter quelques précautions

Les engrais verts broyés ne s’enfouissent qu’après 3 à 4 jours de repos sur le terrain.

 

La fougère doit rester également 3 jours au soleil avant d’être broyée et enterrée, avec l’avantage d’être antifongique, mais l’inconvénient d’acidifier le sol.

 

Les feuilles d’arbres fruitiers, même celles qui présentent des attaques cryptogamiques peuvent être utilisées dans le jardin potager.

 

Certains épices ont également leur place dans cet apport, tels que mélisse, menthe, serpolet, hysope, origan…

 

Au printemps, un passage de motobineuse aérant le sol sur 7 à 8 cm suffit à obtenir un sol « exploitable ». Cependant, on verra pousser naturellement toutes sortes de plantes dues aux graines enfouies avec leurs tiges. Ce sera pour Christian Delbos l’occasion de les considérer à deux reprises comme des faux semis. Alors, le terrain pourra recevoir le compost mûr et sera vraiment prêt à accueillir les plantations.

 

 

Christian Delbos nous a enfin fait une petite démonstration de broyage. Il utilise un broyeur à couteaux à axe horizontal de 2.500 watts, venant de l’entreprise SAS Alabeurthe, qui coupe les tiges en morceaux de 2,5 cm de longueur et les écrase.

 

Nous avons ensuite visité son verger, qui comprend une cinquantaine d’arbres fruitiers très variés. Le pied des arbres est travaillé pour éviter l’asphyxie du sol. Il est même souvent occupé par des plantes « amies ». Christian Delbos ne pratique pas le B.R.F. avec les arbustes à petits fruits, mais leur apporte des feuilles et des tontes de gazon complétées par un engrais organique N.P.K. 6-3,5-3,5 avec oligo-éléments.

 

Des « abris » à auxiliaires sont accrochés aux branches, permettant de les fidéliser. Il a aussi inventé et installé une cabane à insectes auxiliaires avec des « appartements » différenciés faisant office d’abri hivernal et de maternité pour les osmies, les bourdons, les chrysopes, les coccinelles, les syrphes, micro-guêpes solitaires.

 

De nombreuses questions lui furent posées tout au long de la visite, auxquelles il a répondu de façon précise et documentée. Il n’a pas manqué de donner, après la visite, des pieds d’aromates, des boutures ou des légumes à ceux qui en souhaitaient. Il faut noter que lui et son épouse ne passent en moyenne pas moins de 2 heures chacun par jour dans leur jardin.

 

Merci encore à ce spécialiste de nous avoir reçus et dispensé ses précieux conseils.

© Georges Chevaux.

Espace Membre

Rechercher sur le site

Calendrier des animations 2017

« Septembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Météo AUXERRE

Mercredi

min. 6 °

max. 18 °

Partiellement nuageux

Jeudi

min. 8 °

max. 22 °

Ciel dégagé

Vendredi

min. 8 °

max. 22 °

Partiellement nuageux

Jardinez avec la Lune

Position de la lune Aujourd'hui

 

cliquez sur la lune

Dernières modifications