Val de Loire : sortie des 5 et 6 septembre 2012

Val de Loire (C.R.1/2) : sortie au Parc-château de La Bussière et à l’Arboretum des Prés des Culands

Cette sortie était organisée par le Groupe Floriculture, les mercredi 5 et jeudi 6 septembre 2012, dans la région du Val de Loire.

Mercredi matin, nous partîmes à deux voitures en direction du Loiret et du Parc et Château de La Bussière. Nous y avons été accueillis par la propriétaire, Mme De Chasseval, et sa fille.

 

 

Mme De Chasseval est une jardinière émérite depuis plus de 50 ans et c’est elle-même qui nous a guidés dans le potager du domaine, où se mêlent les légumes et les fleurs, le verger d’arbres fruitiers et de petits fruits.

Le potager, entouré de cordons fruitiers dont certains sont centenaires, renferme une grande diversité de légumes, mais aussi de très nombreux rosiers au feuillage particulièrement sain. L’ensemble est traité régulièrement à la bouillie bordelaise. Le sol est abondamment recouvert de broyat de végétaux.

 

 

Après avoir visité le château, qui abrite de nombreux objets et documents sur la pêche en eau douce, nos hôtes nous ont proposé un apéritif à la framboise produit sur le domaine, des « tomates des voyageurs » que chacun a pu grappiller et un grand saladier de framboises qui a assuré notre dessert. Cette variété de tomates est constituée de plusieurs excroissances qui peuvent être détachées séparément sans abimer le reste, ce qui est effectivement très pratique pour le voyageur.

Merci à Anny Marsac pour avoir organisé cette étape. Après le passage par la boutique, départ pour Meung-sur-Loire.

 

L’Arboretum des Prés des Culands est niché dans le site des « Mauves », ces canaux ont été creusés il y a plus de 1500 ans. Mme et Mr Paris nous ont accueillis dans cet arboretum privé, débuté il y a 25 ans, à partir d’une friche boisée de 2 hectares. Il abrite notamment la collection nationale d’Ilex.

Les houx sont présents dans les zones tempérées et tropicales des deux hémisphères, mais nous en avons une vision extrêmement parcellaire, se limitant souvent à l’espèce indigène (Ilex aquifolium) et ses hybrides.

L’arboretum des Prés des Culands rassemble près de 500 espèces et cultivars. Il existe des houx à feuilles piquantes ou non, persistantes mais aussi caduques. Généralement tolérant sur la constitution du sol, à l’exception de ceux d’origine nord américaine qui nécessitent un sol neutre à acide.

Les « mauves » étaient des marécages, le sol de culture provient des limons rassemblés lors du curage des canaux. L’eau des canaux entretient une humidité du sol juste limitée aux berges, le reste est sec alors que le niveau de l’eau affleure. L’apport de fertilisant est limité à la plantation, puis le sol est recouvert régulièrement d’un broyat de bois de taille et autres végétaux. Il n’y a pas de traitement phytosanitaire.

Les Prés des Culands participent à une étude sur le comportement des houx au niveau mondial. Passionnant !

Une petite anecdote : suite à ma remarque concernant la souplesse du sol des allées Mr Pierre Paris nous a expliqué que, pour avoir l’agrément international pour cette étude, il avait été mis face à un choix : soit les visites n’étaient pas autorisées, soit les plantes devaient être protégées des vibrations engendrées par la marche des visiteurs. C’est cette dernière option que Mr Paris a retenu. Les allées ont été traitées sur environ 15 cm pour répondre au cahier des charges (moquette et sciure de bois blanc). Mr Paris nous a fait remarquer que, dans une forêt, les plus beaux végétaux ne se situent pas au 1er rang d’une lisière, pourtant c’est là qu’ils y disposent de plus d’espace.

Lors de notre visite, j’ai eu la sensation d’être immergé en pleine nature, partagé entre l’apaisement d’une nature «  idéale » et l’excitation de découvrir ce lieu. Ne nous trompons pas, Mme et Mr Paris maîtrisent l’ensemble et rien n’est laissé au hasard.

Les houx sont répartis et accompagnés de nombreuses autres collections (Acer, Hydrangea, Hemorocallis, Clematis, Astilbe, Rosa, etc.), d’arbustes rares et de plantes vivaces.

En un mot, j’ai été séduit, comme tout le groupe, et j’y retournerai à d’autres périodes de l’année (portes ouvertes fin octobre pour les feuillages des érables, printemps pour les floraisons... ?). Ce lieu reconnu par de prestigieuses sociétés, labélisé « Jardin remarquable » demeure, à mon avis, trop méconnu.

Anny Marsac va vous raconter la suite de la sortie, à Chaumont-sur-Loire.

Je veux terminer par le bilan financier : la sortie nous est revenue à 130 euros par personne (170 euros avec une chambre individuelle) pour deux jours comprenant transport, entrées, hébergement et deux repas pris au restaurant.

© Gérard Germain.

 

 

Val de Loire (C.R.2/2) : Visite au Festival International des Jardins, à Chaumont-sur-Loire

Cette année, le thème est « Jardins des délices, jardins des délires », avec Alain Passard, le grand cuisinier étoilé en Président du jury.

De quoi se régaler doublement !

Dans notre groupe de sept, chacun avait ses objectifs bien précis, mais il est difficile de les atteindre en une journée.

 

 

Dès l’entrée du domaine, nous sommes happés par le potager expérimental : les légumes sont présentés, mêlés aux fleurs, aux aromatiques, aux grimpantes, groupés par famille, parfaitement étiquetés, dans des massifs de toutes formes. Tout est superbement entretenu et les jardiniers présents tout à fait à l’aise avec nos innombrables questions. Bien sûr, c’est le lieu de découvertes et de projets d’adoption dans nos propres jardins.

Ne pas manquer, tout au fond, le premier mur végétal de Patrick Blanc, présenté ici en 1994, qui a superbement vieilli.

 

 

Vingt-quatre jardins éphémères nous attendent, mais le chemin est pavé de merveilles avant même d’atteindre le premier… Les jardins pérennes, œuvres des jardiniers de Chaumont, qui font le lien entre ces jardins du Festival, sont, chaque année, plus luxuriants et méritent bien notre attention.

 

 

Plusieurs stratégies pour voir chacun d’eux : d’abord à l’aveugle, sans lire le commentaire du créateur, en se laissant imprégner par l’atmosphère, puis en jardinier, en relevant le nom des plantes remarquables, puis, retour à la notice et découverte du fameux « concept », puis retour sur le terrain pour vérifier, puis, puis etc., jusqu’à ce que quelqu’un de raisonnable dise : « il nous en reste 23 !!! ».

 

 

Outre le Festival, le domaine se compose d’un château, d’écuries somptueuses, de communs, d’un parc de 22 hectares, auquel vient de s’ajouter cette année, 10 hectares supplémentaires dessinés par Louis Benech. Les artistes et paysagistes invités cette année investissent tous ces lieux et nous font les redécouvrir différemment chaque année à travers leurs sensibilités.

Mon Dieu, j’oublie l’endroit plébiscité par tous, après avoir tant baguenauder en plein soleil : « Le vallon des brumes ».

Ca ne vous dit rien ? Venez avec nous l’an prochain. Vous verrez…

© Anny Marsac.

Espace Membre

Rechercher sur le site

Calendrier des animations 2017

« Octobre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031

Météo AUXERRE

Mardi

min. 10 °

max. 26 °

Ciel dégagé

Mercredi

min. 14 °

max. 23 °

Ciel dégagé

Jeudi

min. 12 °

max. 22 °

Partiellement nuageux

Jardinez avec la Lune

Position de la lune Aujourd'hui

 

cliquez sur la lune

Dernières modifications