Premiers semis au et pour le jardin

MONETEAU. Samedi 21 février. Premiers semis au et pour le jardin, par Michel Frimour.

Nous étions 14 personnes venues écouter les conseils avisés de Michel Frimour dans son jardin.

La température et l’aération du sol sont les premiers critères à prendre en compte.

Un sol froid ne pouvant développer toute son activité bactérienne et faunistique, on ne peut semer ou planter que si on prend des mesures qui améliorent la température du sol et facilitent l’aération de sa partie supérieure. La température peut être augmentée par des protections type serres ou tunnels, plus ou moins élaborés, et en le protégeant pendant l’hiver par un couvert végétal (engrais vert, feuilles, paillis).

Feuilles d’arbres en couverture pendant l’hiver.

 

Attention, si on retourne le sol par un labourage, on fait passer les bactéries anaérobies vivant en profondeur dans la partie supérieure aérée, et l’inverse pour les bactéries aérobies, ce qui ne peut que nuire à leur rôle, et retarder notablement leur travail. A préciser cependant que le passage d’une motobineuse au ralenti permet de limiter les dégâts.

Dans ces conditions, comment s’y prendre pour une bonne préparation du sol ?

Il est recommandé d’aérer le sol sans le retourner au moyen d’un outil, maintenant bien connu, appelé grelinette, sorte de fourche à 4, 5 ou 6 dents arrondies. Une fourche ordinaire peut aussi remplir ce rôle, mais plus on compte de largeur de travail, plus on avancera dans le décompactage.

Michel Frimour a calculé sa largeur de grelinette pour que 2 passages correspondent à la largeur de 120 cm de sa planche. Avant de passer la grelinette, il enlève le paillis qui retournera au compost ou servira de couvert pour certaines plantes. Après une à deux semaines, toute la faune ayant repris son activité, le sol sera à nouveau exploitable.

Différents types de châssis.

 

A noter que la paille mise au compost amène le carbone qui permettra aux bactéries de récupérer l’énergie dont elles ont besoin pour transformer l’azote des déchets ménagers ou des coupes de pelouse.

Après le passage de la grelinette, il utilise la fourche type croc à fumier à 4 dents, pour émietter grossièrement le sol.

Passage du croc après la grelinette.

 

Enfin, il met un amendement de fond, type 0-8-14 enfoui au râteau dans les 5 premiers centimètres de profondeur.

 

Avant le semis ou le repiquage, un dernier coup de sarcloir permet d’éliminer les herbes qui pourraient concurrencer les plantes cultivées.

Outil pour enlever les herbes.

 

A présent, on peut envisager les semis.

Fin février, début mars, on peut installer les plants en godets, puis semer les carottes, les navets, les poireaux d’été, les laitues de printemps, le persil, les petits pois. Laisser un temps de deux semaines entre l’amendement  et le semis.

Etant économe de son temps et de son budget, on ne peut pas semer n’importe comment. Il existe des semoirs plus ou moins sophistiqués qui permettent de laisser passer ponctuellement les graines de tailles différentes. Michel Frimour nous en montre plusieurs types qu’il utilise.

Un type de semoir.

 

Comment disposer ses plantations ?

Il existe des complémentarités entre les plantes. Par exemple, la fraise peut se retrouver avec l’échalote. La mâche, pour mieux lever, sera semée à l’ombre des petits pois ou des haricots à rames. L’ail, par contre, aime la solitude, mais pas l’eau stagnante.

Dans les parties nues, ne pas hésiter à semer de la phacélie, de la moutarde, qui vont protéger le sol, limiter le développement des adventices et dont les racines vont décompacter et aérer le sol ; ces engrais verts seront ensuite coupés, hachés puis enfouis peu profondément deux semaines avant d’être remplacés par une plantation ou un semis de légumes à partir de juin.

Délimitation d’un secteur de plantation.

 

Les tomates précoces peuvent être semées dans la 2ème quinzaine de février, de préférence un jour fruit au calendrier lunaire. On les laisse au chaud à 20°C dans la maison jusqu’à ce qu’elles aient 4 feuilles ; puis on les repique en godets pour les mettre sous serre à 17°C mi-mars, et, début avril, en pleine terre, sous tunnel.

Concernant les petits fruits, il taille les framboisiers remontants à moitié de tige et les framboisiers non remontants au ras du sol. En cours de végétation, le framboisier peut être la cible de plusieurs parasites. Ils occasionnent des renflements que l’on observe sur les tiges ou des vers blancs que l’on découvre dans les fruits. Il faut éliminer les parties attaquées et les brûler.

 

Beaucoup d’autres conseils ont été donnés, dont la fabrication artisanale d’un abri à forficules pendant l’hiver ; il sera déplacé à la demande pour lutter contre les pucerons.

Abri à perce-oreilles (forticules).

 

Il est toujours préférable de venir aux démonstrations pour poser ses questions.

Merci encore à notre animateur du groupe potager.

© Texte et photos de Georges Chevaux

 

Espace Membre

Rechercher sur le site

Calendrier des animations 2017

« Septembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Météo AUXERRE

Mercredi

min. 6 °

max. 18 °

Partiellement nuageux

Jeudi

min. 8 °

max. 22 °

Ciel dégagé

Vendredi

min. 8 °

max. 22 °

Partiellement nuageux

Jardinez avec la Lune

Position de la lune Aujourd'hui

 

cliquez sur la lune

Dernières modifications