Réflexions en groupe sur l’aménagement d’un étang (1ère phase) par Jean Ravisé.

SAINT-GEORGES. Samedi 18 juillet 2015.Réflexions en groupe sur l’aménagement d’un étang (1ère phase), chez Christine et Daniel Lehmann par Jean Ravisé.

Lors d’une visite amicale au printemps chez Christine et Daniel Lehmann, Jean Ravisé a proposé la reconsidération de l’aménagement du jardin dans sa globalité, non pour tout changer, mais seulement pour chercher à en tirer le meilleur profit.

C’était l’occasion de faire participer nos membres, intéressés par ce sujet.

Nous étions donc une dizaine de membres à nous retrouver par une belle matinée supportable (soleil endormi et même quelques gouttelettes rafraichissantes).

Fidèle à ses habitudes, Jean a commencé par un rappel incontournable des principes de base d’un projet paysagé :

  • L’état des lieux : replacer le projet dans son environnement global
  •  
    • Situation géographique, paysage environnant, vues à protéger, parties à masquer
    • Aspect architectural de la maison et des maisons voisines
    • Nature du sol, examen des végétaux spontanés qui orientent sur la composition du sol
    • Les réseaux, l’assainissement  …

Tous ces paramètres sont déterminants pour l’organisation d’un jardin.

 

Vue de l'étang depuis le potager.

  • Le projet

Il n’y a pas de type particulier de jardin. Chaque jardin doit avant tout correspondre au goût de son propriétaire, puis aux contraintes et paramètres contenus dans l’état des lieux.

Première étape : définition et répartition spatiale des besoins fonctionnels

         -  Accès à l’habitation

          -  Accès et stationnement des véhicules

         -  Approvisionnements en bois, fumier, terre etc.

Ces éléments vont déterminer les emplacements judicieux du potager, du fruitier, de la réserve à bois, du point de compostage …

Deuxième étape : la recherche du point central du jardin, du lieu de vie

Il doit être proche de la cuisine, protégé des parties fonctionnelles et des accès. La construction du jardin en dépend. Rechercher les axes de vues, les parties à masquer, les scènes et décors floraux, la mise en valeur des plantes remarquables,  couleurs, odeurs, formes, etc...

 

Partie gauche de l'étang.

 

Si ces explications semblent logiques, dans la réalité, cette démarche est rarement appliquée.

D’une façon générale, l’évolution du jardin en France reste à la traîne de pays comme l’Angleterre, la Belgique, les Pays Bas, l’Allemagne... Il faut se rappeler les « jardins de banlieues » des années 50 : allées droites, culs de bouteilles, coquilles St Jacques, cailloux alignés  … puits en pneus et, bien sûr, Blanche Neige et le sept nains !

Les premières Floralies de Paris sont à l’origine de la découverte d’une autre approche du jardin que nos voisins Anglais savaient déjà maîtriser.

Aujourd’hui, le plus grand nombre d’amateurs sont conscients du but recherché mais n’ont pas la connaissance de la démarche que nous abordons ce matin.
Généralement, c’est le catalogue de plantes au coup de cœur qui est proposé par le vendeur, sans réflexion globale préalable.

Nous abordons un point fondamental, l’intérêt d’un plan : il est bien plus facile de changer de place sur un plan, avec une gomme, un arbre mal placé qu’avec une pelle et une pioche sur le terrain ! Le végétal est bien la base du jardin, mais il ne se positionne qu’après avoir imaginé la construction globale du projet !

Applications de ces principes de base au jardin de Christine et Daniel Lehmann

A l’achat de la propriété, le jardin existait déjà. Nos amis ont apporté leur touche personnelle par des améliorations constantes ! Tant dans le choix des végétaux, avec une grande diversité, que dans les structures.

 

Résultat des travaux de réaménagement de la berge gauche.

 

Après un tour du jardin nécessaire pour bien s’en imprégner, il paraît évident que le point d’intérêt majeur du jardin reste le plan d’eau de 300 m², (cadastré).

 

Vue de la maison depuis l'extrémité de l'étang.

 

Jean Ravisé fait remarquer que cette surface déjà importante n’est visible qu’à partir du fond du jardin (à l’opposé du point de vie : habitation-cuisine-séjour) et le coin repas, à côté de la piscine.

 

Partie droite de l'étang avec le terrassement séparatif.

 

En effet, la langue de terre qui part du petit pont en direction du fond du jardin découpe en deux la surface de la mare. Si les plantes fleuries qui occupent cette allée de terre lui donnent un aspect agréable, il reste cependant dommage de ne pas pouvoir, à partir de cet axe majeur, appréhender la surface du plan d’eau.

Si nous voulions remédier à cette situation, il pourrait être envisagé une modification assez contraignante (en termes d’efforts) qui consisterait à diminuer de deux tiers la bande de terre, et à construire un coin repas (petite île) juste après le pontet. (Voir croquis).

Daniel, plein de courage, pense profiter de la fin de l’été et du niveau très bas de la mare pour reprendre les soubassements et les murets de retenue de terre en mauvais état et la plantation de pieux d’acacias pour retenir les terres de la petite ile à construire.

 

Etat des fascines et fondations de berge partie droite.

 

La mise en œuvre de cette opération pourrait être l’occasion d’un atelier spécifique sur l’utilisation de matériaux anciens tels que la glaise, la chaux, le bois, les fascines etc. Cette notion d’entraide, chère à nos anciens, ne serait-elle pas un bon « activateur d’amitié » ?

Merci à nos hôtes pour leur accueil. Nous leur souhaitons bon courage pour les travaux qui les attendent.

 

© Texte de Jean Ravisé, Photos de Georges Chevaux.

 

Espace Membre

Rechercher sur le site

Calendrier des animations 2017

« Novembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930

Météo AUXERRE

Mercredi

min. 9 °

max. 14 °

Ciel dégagé

Jeudi

min. 11 °

max. 16 °

Partiellement nuageux

Vendredi

min. 6 °

max. 13 °

Risque de pluie

Jardinez avec la Lune

Position de la lune Aujourd'hui

 

cliquez sur la lune

Dernières modifications