Moneteau. Verger conservatoire.

MONETEAU. Samedi 5 mars 2016. Verger conservatoire de Monéteau : taille de formation de fruitiers par Jean Ravisé, Gilbert Courtois, Michel Coquille

Nous étions une quinzaine de participants, avec la présence de Denis Charpy, responsable des Espaces verts de la Ville de Monéteau et Aurélien Perrot, membre de  son équipe.

Ce verger conservatoire a été initié par la Commune de Monéteau sur un terrain inoccupé dont elle disposait, près de l’Yonne, avec en son prolongement, les jardins familiaux, déjà en place.

La Mairie a acheté en 2014 chez l’entreprise pépiniériste Maltet près de Troyes une trentaine d’arbres fruitiers d’essences variées, pommiers, poiriers, cerisiers, pruniers, et cent vingt petits fruits (groseilles, cassis, groseilles à maquereaux).

Le verger conservatoire : vue générale

On peut voir sur le terrain un beau panneau d’informations qui précise le nom des trois partenaires de l’opération : la Commune, le Conseil Régional et la SHY. Denis Charpy et Jean Ravisé ont travaillé ensemble sur le dossier.

Michel Coquille, Denis Charpy et Jean Ravisé.

Il est prévu de clôturer le verger et d’y ajouter quelques ruchers, gérés par un apiculteur local, et d’y construire un abri ouvert en bois. L’identification des espèces est très lisible. Les scolaires pourront y venir pour apprendre à connaître ce que les anciens de la région leur ont légué. La Commune va entretenir le terrain. La SHY y pratiquera des démonstrations. C’est une opération exemplaire privilégiant clairement la destination pédagogique du verger. C’était pour la SHY sa première intervention.

Aujourd’hui, nous procédons à une taille de formation sur des sujets plantés à l’hiver 2014/2015.

Prunier Reine Claude Dorée.

Certains ont déjà été remplacés. Le terrain ne présente pas toutes les caractéristiques d’un sol adapté à chaque variété et il est possible aussi que la proximité de la rivière apporte trop d’eau dans le sol.

 Nous avons choisi d’organiser trois ateliers de taille différents pour mieux expliquer aux personnes présentes les choix qui pouvaient être faits.

Important, l’observation : on peut noter que certains arbres ont subi une double greffe, en pied et en tête. C’était une méthode que les anciens pratiquaient. Le risque d’une greffe en tête, c’est que le poids des branches ne soit pas supporté si on a un point faible sur la greffe en tête, d’autant plus si la cicatrisation ne s’est pas faite correctement. Dans notre cas, par exemple, le pommier variété ‘Patte de Loup’ avait besoin d’un cicatrisant sur la greffe.

Pommier Patte de Loup et ses protections.

Notre Président préfère les greffes en écusson en août près des racines. Mais on peut aussi greffer en incrustation en mars après les gelées. Par contre il est important, mais pas toujours facile, de savoir quel type de porte greffe a été utilisé.

La Mairie a mis du Bois Raméal Fragmenté au pied de chaque arbre cet automne. Attention à ne pas créer une faim d’azote au printemps.

Les troncs sont tuteurés à l’aide de bandes en tissus assez larges pour ne pas blesser l’écorce, reliées à des protections en bois. (Voir photos) Il faudra veiller à les desserrer progressivement.

La longueur des coursonnes est un signe de la vitalité de l’arbre. Plus les coursonnes sont petites et chétives, plus on taillera court. S’il y a du bois mort ou malade ou blessé, on l’élimine.

 

Pommier Reinette Blanche du Canada après la taille.

Dans tous les cas, la taille de formation consiste essentiellement à retrouver une forme en gobelet, avec le moins possible de départs de charpentières (4 à 5 maximum). On élimine les branches qui se gênent et les bourgeons qui n’ont pas lieu d’être favorisés dans cette période de croissance. Les raccourcis de branche se font sur œil extérieur. On peut laisser quelques brindilles tire-sève. On tend à égaliser le haut des branches horizontalement. Voir photos avant et après la taille.

Pommier de Châtaignier avant et après la taille

Les plaies de coupe seront parées proprement avec un cutter. Il faudra mettre un cicatrisant.

On a pu constater quelques lacunes dans la taille initiale, des « portes manteaux » déjà nécrosés, des tailles qui déséquilibrent l’ensemble, des boursouflures à éliminer. Il faut maintenant rechercher en amont ce qui peut compenser, mais seule la nature est maîtresse et nous ne saurons que l’an prochain si notre choix a été le plus judicieux.

Pommier Avrolles après la taille.

Chacun a pu donner son avis sur la méthode de taille qu’il aurait adoptée, mais en final, après concertation, l’animateur prenait la décision en expliquant les raisons de son choix. C’est la meilleure méthode pour apprendre et on apprend encore à chaque démonstration.  Il faut donc venir sur place.

Pommier de Lestre : ne pas blesser en sciant.

 

© Georges Chevaux

 

 

Espace Membre

Rechercher sur le site

Calendrier des animations 2017

« Novembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930

Météo AUXERRE

Mardi

min. 4 °

max. 12 °

Partiellement nuageux

Mercredi

min. 10 °

max. 14 °

Ciel dégagé

Jeudi

min. 10 °

max. 16 °

Partiellement nuageux

Jardinez avec la Lune

Position de la lune Aujourd'hui

 

cliquez sur la lune

Dernières modifications