Séance de greffage en écusson de pommiers, cerisiers, poiriers, pruniers.

PERRIGNY.Samedi 13 août 2016. Séance de greffage en écusson de pommiers, poiriers, cerisiers, pruniers chez Bernard Hérix à par Denis Massot

Cette séance avait comme objectif d’apprendre à nos adhérents comment préserver les variétés anciennes locales, en les greffant sur des porte-greffes adaptés aux sols de l’Yonne.

Un verger expérimental a été créé depuis plusieurs années sur un terrain aimablement prêté par Bernard Hérix, qui permet de suivre sur plusieurs années l’évolution des greffes réalisées.

Denis Massot et Gilbert Courtois, vice-présidents de la SHY, ont accueilli ce samedi une cinquantaine de personnes dans le verger de Bernard Hérix, venus soit suite à l’encart paru dans le journal de L’Yonne Républicaine, puisque c’était une séance publique, soit conformément au Programme d’activités de  la SHY. Nous avons eu la surprise de rencontrer des personnes venues des extrémités du département de l’Yonne. Certains avaient apporté des coupes de branchages pour conserver leurs propres variétés, d’autres, sans matériau, mais tous intéressés par la technique de greffage en écusson. Le président Ravisé nous a rejoints un peu plus tard.

Denis Massot à droite, Gilbert Courtois à gauche.

Denis Massot, a commencé par montrer comment sélectionner les rameaux en fonction de leur niveau de fermeté. Sur un rameau de l’année, le prélèvement des yeux ne se fait pas par hasard : éviter l’extrémité du rameau trop souple car il n’est pas encore aoûté, le côté coupé, car il peut être trop aoûté, privilégier la partie centrale. C’est aussi une question de sensibilité de celui qui fait le prélèvement. Sur un même rameau, on peut retirer plusieurs yeux qui seront incrustés dans des porte-greffes. En août, l’œil est dit « dormant », il se  « réveillera » au printemps.

Lorsqu’on veut faire de la greffe, il faut considérer les porte-greffes et le matériel.

Chaque fruitier a ses porte-greffes privilégiés, avec ses avantages et ses inconvénients :

Parmi les différentes possibilités de porte-greffe du cerisier, notons dans les plus connues :

  • Le « Sainte Lucie » de vigueur moyenne, mais il craint les sols trop humides.
  • Porte greffe Sainte Lucie pour cerisiers.
  •  Or, c’est le cas chez Bernard  Hérix lorsque son verger est  inondé. Ce porte-greffe aime les sols calcaires.
  • Le merisier, de forte vigueur, préfère les sols peu calcaires et frais
  • Le cerisier franc, assez vigoureux, préfère les sols profonds et frais
  • On peut ajouter le prunelier qui convient pour les arbres à noyaux en général.

Epine noire ou prunellier servant de porte greffe pour les arbres à noyaux.

Pour les pruniers, on parlera de « Damas », plutôt pour sols calcaires, de « Saint Julien » plutôt pour sols humides et froids, de l’ « Ackermann » assez résistant, du Franc, très vigoureux, du « Myrobolan » pour des sols sableux, etc

Pour les pommiers, on évoquera par exemple le MM 106, assez résistant en sol humide, le MM 111, résistants à la sécheresse adapté aux basses tiges, le MM 104 pour les demi-tiges, du Franc ou du « Bittenfelder » pour les hautes tiges. On parlera également de pommier « Doucin » ou de pommiers « Paradis » pour les arbres à former en espaliers, le « Paradis » étant encore moins vigoureux que le « Doucin ».

Pour les poiriers, on parlera plutôt de cognassiers d’ « Angers », de « Provence », avec des vigueurs moyennes, de Franc et « Kirchensaller » pour les hautes tiges, chacun étant plus ou moins tolérant avec un sol sec, humide, argileux, calcaire.

Le porte-greffe doit être adapté au sol sur lequel il sera planté. On voit déjà dès la première approche qu’il est difficile de choisir son cerisier ou un autre arbre fruitier en magasin dans la mesure où le vendeur ignore souvent le type de porte-greffe utilisé. D’où l’utilité de nos séances de formation, pour aider à choisir son porte greffe soi-même et apprendre à faire ses greffes.

Pour mémoire, un arbre est dit « Franc » lorsqu’il est issu d’un semis. Si on le laisse grandir, on n’aura pas nécessairement la même variété, d’où l’utilité de greffer la variété que l’on souhaite. Par contre le Franc est un bon porte-greffe pour de la moyenne et haute tige.

On peut greffer deux variétés sur un même porte-greffe, mais à terme une variété dominera.

Pour que l’écorce du porte greffe se décolle facilement, il faut qu’il ait suffisamment de sève, donc ne pas hésiter en cas de besoin à bien l’arroser quelques jours avant la greffe.

Côté matériel, il faut un greffoir très affuté, aussi aiguisé qu’un rasoir, et ne pas hésiter à l’affuter régulièrement avec une pierre spéciale, car l’extraction de l’œil est une opération délicate. Le greffoir est équipé également d’un onglet pour soulever délicatement l’écorce. On se munira également de raphia pour faire les ligatures.

Les feuilles du rameau seront coupées à 1 cm sur le pétiole, on enlèvera les stipules.

Pour extraire un œil, on soulève le bois en passant la lame sous l’œil, et on retire une petite languette en bois pour que l’œil soit en contact direct avec la sève du porte-greffe.

On commence l’opération d’abord en incisant une forme en « T » sur le porte greffe,

Ouverture en T sur écorce pour glisser l'oeil d'un cerisier Hâtive de Bâle.

puis on insère l’œil dans la fente après avoir pris soin d’écarter les bords de la partie verticale avec l’onglet.

Ensuite, on procède à la ligature en commençant par la partie située au-dessus de l’œil, et on termine en faisant un double nœud pour bien serrer l’œil sur son porte greffe.

Ligature après greffage.

Belle démonstration de ligature.

Plus tard, lorsque l’œil gonflera, c’est le signe que l’opération sera réussie.

Ensuite, viendront les opérations de libération de l’œil de sa ligature, de taille du porte greffe pour ne laisser qu’un onglet sur lequel on accolera la nouvelle greffe, puis de  désonglage, lorsque la nouvelle pousse aura pris une belle position verticale.

Reste à enlever l'onglet qui a servi à redresser le scion de poirier il y a 1 an.

Denis Massot nous a présenté des arbres de 2 ans, dont, sur certains, il avait forcé la courbure des branches en accrochant des bouteilles d’eau, pour faire un lest. 

Autre pommier de 6 ans resté dans le verger de Bernard Herix.

Il nous a également montré des rosiers greffés selon le même principe.

Rien ne vaut de voir les gestes et d’apprendre à les reproduire sur des bois qui ne risquent rien. Ce sera aussi le but de la prochaine séance de samedi prochain 20 août  à La Ferté Loupière  chez Jean Ravisé.

Merci à nos spécialistes pour le temps passé à partager et transmettre leur savoir faire.

 

© Texte et photos de Georges Chevaux 

Espace Membre

Rechercher sur le site

Calendrier des animations 2017

« Septembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Météo AUXERRE

Vendredi

min. 9 °

max. 22 °

Partiellement nuageux

Samedi

min. 8 °

max. 22 °

Partiellement nuageux

Dimanche

min. 8 °

max. 23 °

Partiellement nuageux

Jardinez avec la Lune

Position de la lune Aujourd'hui

 

cliquez sur la lune

Dernières modifications