les Bégonias 9 mai 2017

Conférence sur le bégonia par Jean-Pierre Quilliot.

 

 

Mardi 9 mai 2017, 14 h 30, à notre permanence, dans les locaux de la Société des Sciences Historiques et Naturelles, 1, rue Marie-Noël à Auxerre, conférence sur le bégonia par Jean-Pierre Quilliot.

 

Jean-Pierre Quilliot avait préparé son allocution en présentant une suite de panneaux  déjà utilisés précédemment dans des expositions, mais toujours d’actualité et qui ont le mérite de la clarté.

Nous étions une quinzaine de personnes.

 

Bref historique 

Le genre Begonia a été dédié à Michel BEGON, Intendant de Rochefort, par le botaniste Charles PLUMIER qui le découvrit aux Antilles en 1690. On lui doit aussi d’être à l’origine du FUCHSIA.

Le bégonia comprend de nombreuses espèces. C’est le naturaliste suédois LINNE qui officialisa ce genre en 1753, dont on retrouve des exemplaires dans toute la zone tropicale, principalement en Amérique du Sud, en Afrique et aussi en Asie. C’est sur les contreforts de l’Himalaya que fut découverte l’espèce dont sont issues les nombreuses variétés de Begonia rex. Les découvertes toujours nombreuses viennent actuellement d’Afrique (Gabon) et de Madagascar.

On peut visiter le Conservatoire du bégonia à Rochefort-sur-Meravec une collection de référence, entretenue par Mr Patrick ROSE.

 

Classification

On est loin de tout avoir identifié. On parle actuellement de plus de 1000 espèces de bégonias et de 15 000 hybridations naturelles ou pratiquées par les horticulteurs, entre autres Mr Victor LEMOINE de Nancy, ainsi que des amateurs collectionneurs. Pour les personnes intéressées par la botanique, le genre bégonia est rattaché à l’ordre des Cucurbitales, faisant partie des plantes dicotylédones, réintroduit par la classification phylogénétique des Angiospermes. Les Cucurbitales appartiennent au groupe des Fabidées lui-même rattaché aux Rosidées, puis au noyau des Dicotylédones vraies. Ils comprennent sept familles dont les bégonias et les courges !!!

 

Pour étudier une plante, il faut examiner ses différentes composantes : les racines, les tiges, les feuilles, les fleurs, les coloris.

Le bégonia dans ses terres d’origine est une plante vivace.  Au regard des racines, on peut distinguer les tubéreuses (avec bulbes), les fibreuses, les rhizomateuses (à racines allongées). Selon les tiges, on aura des types herbacés, lisses, poilus, fragiles. Pour les fleurs, ce sont des plantes monoïques possédant les fleurs mâles et femelles.

 

Les bégonias, en nomenclature horticole, sont classés en 5 groupes principaux :

  • Les bégonias Semperflorescens : originaires d’Amérique centrale, Brésil, plutôt graciles, aux coloris et feuillages variés, acceptant la chaleur. Ils sont sensibles aux jours courts et proposent 2 floraisons annuelles (printemps et automne). Ne pas trop les arroser. Ils ont une face sensible à la lumière. Pour passer l’hiver on peut les rabattre, puis au printemps, on les multiplie en récupérant 3 à 4 départs un peu racinés. Ils demandent à être bien enterrés, voir butés.
  • Les bégonias tubéreux, aux pousses abondantes, aux fleurs très variées, peuvent être placés en pots ou en jardinières. Les nouvelles variétés sont plus sensibles aux maladies que les anciennes.
  • Les bégonias bambousiformes, comme le Lucernae faciles à bouturer, mais au port très haut. Pour faire des boutures, choisir des entrenœuds courts, sinon les tiges s’allongent démesurément. Ils sont originaires plutôt du Brésil.  Ils aiment la chaleur. Gaby Thomas avait amené de chez elle une variété : « Comte de Méribel ». Ces plantes préfèrent un sol sec, mais un air humide.
  • Les bégonias rhizomateux. Le plus connu est le Begonia Rex. Il possède un feuillage remarquable. La multiplication se fait, dans une atmosphère très humide, à partir des feuilles que l’on découpe et applique sur un substrat enrichi ou de vermiculite. Plus longtemps ils sont au soleil et plus leurs feuilles sont vertes. Au contraire, placés à l’ombre elles deviennent plus noires. On peut faire développer un Begonia  Masoniana dans un aquarium, sur un lit de vermiculite ou de pouzzolane. Ses feuilles sont typiques.
  • Les bégonias buissonnants au port arbustif. Citons par exemple le Begonia hispida cuculifera  qui présente la particularité d’avoir des petites pousses type vésiculeuses sur les feuilles. Il n’aime pas être changé de place.

 

Gaby THOMAS, passionnée de bégonias, et Jean Pierre QUILLIOT avaient également apporté quelques spécimens de leur collection, dont un Begoniafoliosa, originaire d‘Amérique du Sud, assez facile à reproduire, aimant le soleil. Le bégonia bulbeuxEliator très commercialisé est aussi assez sensible à l’oïdium. Plantez sans crainte le bégonia  Grandis evansiana  car il est très rustique et résiste bien au froid. Pour information, dans un gramme, on peut avoir 50 000 graines.

 

Merci encore à Jean-Pierre QUILLIOT pour nous avoir éclairés sur cette grande famille du genre Begonia qui gagne à être plus connue.

 

à notre permanence, dans les locaux de la Société des Sciences Historiques et Naturelles, 1, rue Marie-Noël à Auxerre, conférence sur le bégonia par Jean-Pierre Quilliot.

 

Jean-Pierre Quilliot avait préparé son allocution en présentant une suite de panneaux  déjà utilisés précédemment dans des expositions, mais toujours d’actualité et qui ont le mérite de la clarté.

Nous étions une quinzaine de personnes.

 

Bref historique 

Le genre Begonia a été dédié à Michel BEGON, Intendant de Rochefort, par le botaniste Charles PLUMIER qui le découvrit aux Antilles en 1690. On lui doit aussi d’être à l’origine du FUCHSIA.

Le bégonia comprend de nombreuses espèces. C’est le naturaliste suédois LINNE qui officialisa ce genre en 1753, dont on retrouve des exemplaires dans toute la zone tropicale, principalement en Amérique du Sud, en Afrique et aussi en Asie. C’est sur les contreforts de l’Himalaya que fut découverte l’espèce dont sont issues les nombreuses variétés de Begonia rex. Les découvertes toujours nombreuses viennent actuellement d’Afrique (Gabon) et de Madagascar.

On peut visiter le Conservatoire du bégonia à Rochefort-sur-Meravec une collection de référence, entretenue par Mr Patrick ROSE.

 

Classification

On est loin de tout avoir identifié. On parle actuellement de plus de 1000 espèces de bégonias et de 15 000 hybridations naturelles ou pratiquées par les horticulteurs, entre autres Mr Victor LEMOINE de Nancy, ainsi que des amateurs collectionneurs. Pour les personnes intéressées par la botanique, le genre bégonia est rattaché à l’ordre des Cucurbitales, faisant partie des plantes dicotylédones, réintroduit par la classification phylogénétique des Angiospermes. Les Cucurbitales appartiennent au groupe des Fabidées lui-même rattaché aux Rosidées, puis au noyau des Dicotylédones vraies. Ils comprennent sept familles dont les bégonias et les courges !!!

 

Pour étudier une plante, il faut examiner ses différentes composantes : les racines, les tiges, les feuilles, les fleurs, les coloris.

Le bégonia dans ses terres d’origine est une plante vivace.  Au regard des racines, on peut distinguer les tubéreuses (avec bulbes), les fibreuses, les rhizomateuses (à racines allongées). Selon les tiges, on aura des types herbacés, lisses, poilus, fragiles. Pour les fleurs, ce sont des plantes monoïques possédant les fleurs mâles et femelles.

 

Les bégonias, en nomenclature horticole, sont classés en 5 groupes principaux :

  • Les bégonias Semperflorescens : originaires d’Amérique centrale, Brésil, plutôt graciles, aux coloris et feuillages variés, acceptant la chaleur. Ils sont sensibles aux jours courts et proposent 2 floraisons annuelles (printemps et automne). Ne pas trop les arroser. Ils ont une face sensible à la lumière. Pour passer l’hiver on peut les rabattre, puis au printemps, on les multiplie en récupérant 3 à 4 départs un peu racinés. Ils demandent à être bien enterrés, voir butés.

 

 

  • Les bégonias tubéreux : aux pousses abondantes, aux fleurs très variées, peuvent être placés en pots ou en jardinières. Les nouvelles variétés sont plus sensibles aux maladies que les anciennes.

 

 

 

 

  • Les bégonias bambousiformes,
  • comme le Lucernae faciles à bouturer, mais au port très haut. Pour faire des boutures, choisir des entrenœuds courts, sinon les tiges s’allongent démesurément. Ils sont originaires plutôt du Brésil.  Ils aiment la chaleur. Gaby Thomas avait amené de chez elle une variété : « Comte de Méribel ». Ces plantes préfèrent un sol sec, mais un air humide.

 

 

 

 

 

 

  • Les bégonias rhizomateux.
  • Le plus connu est le Begonia Rex. Il possède un feuillage remarquable. La multiplication se fait, dans une atmosphère très humide, à partir des feuilles que l’on découpe et applique sur un substrat enrichi ou de vermiculite. Plus longtemps ils sont au soleil et plus leurs feuilles sont vertes. Au contraire, placés à l’ombre elles deviennent plus noires. On peut faire développer un Begonia  Masoniana dans un aquarium, sur un lit de vermiculite ou de pouzzolane. Ses feuilles sont typiques.

 

 

 

 

 

 

 

  • Les bégonias buissonnants au port arbustif. Citons par exemple le Begonia hispida cuculifera  qui présente la particularité d’avoir des petites pousses type vésiculeuses sur les feuilles. Il n’aime pas être changé de place.

 

Gaby THOMAS, passionnée de bégonias, et Jean Pierre QUILLIOT avaient également apporté quelques spécimens de leur collection, dont un Begoniafoliosa, originaire d‘Amérique du Sud, assez facile à reproduire, aimant le soleil. Le bégonia bulbeuxEliator très commercialisé est aussi assez sensible à l’oïdium. Plantez sans crainte le bégonia  Grandis evansiana  car il est très rustique et résiste bien au froid. Pour information, dans un gramme, on peut avoir 50 000 graines.

 

 

Merci encore à Jean-Pierre QUILLIOT pour nous avoir éclairés sur cette grande famille du genre Begonia qui gagne à être plus connue.

 

 

 

Espace Membre

Calendrier des animations 2017

« Mai 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Météo AUXERRE

Jeudi

min. 12 °

max. 24 °

Partiellement nuageux

Vendredi

min. 16 °

max. 27 °

Partiellement nuageux

Samedi

min. 17 °

max. 31 °

Partiellement nuageux

Jardinez avec la Lune

Position de la lune Aujourd'hui

 

cliquez sur la lune

Dernières modifications