Tailles sur espaliers et

APPOIGNY. Samedi 18 avril 2015. Tailles sur espaliers et "plein vent" (2eme année) chez Philippe Michot, par Willy Gofflo,Gilbert Courtois et Jean Roger Martinez, assistés par Michel Coquille.

Samedi 18 avril 2015, chez Philippe Michot à Appoigny, nous étions en 2ème année d’intervention sur fruitiers espaliers et « plein vent ».

Notre ami Gilbert Courtois a pris les opérations en main dans la mesure où il avait déjà officié l’an dernier, ce qui lui permettait d’expliquer l’évolution des arbres entre deux interventions. Il était accompagné de Willy Gofflo, Michel Coquille et Jean-Roger Martinez. Nous étions 16 personnes.

 

Présentation de l'opération par Gilbert Courtois

 

L’intérêt de cette démonstration réside dans le fait que nous sommes en présence d’une diversité de formes et de variétés, taille en espalier, simple ou double U, plein vent, poiriers, pommiers, prunier, pêchers, petits fruits et même une treille. Il a commencé par féliciter le propriétaire pour avoir suivi les conseils dispensés l’an dernier.

Les poiriers, âgés de plus de 40 ans, avaient été repris fermement l’an dernier, pour leur redonner une forme. Le premier poirier « William » taillé en espalier nécessitait un léger rééquilibrage, en gardant un espace raisonnable d’environ 15 cm entre les bourgeons à fruits. Mais il était difficile à notre animateur de ne pas attirer l’attention sur son emplacement, peu favorable, dans une sorte de couloir situé entre la clôture toute proche du voisin, avec la présence d’arbres plein vent dominants, et la maison du propriétaire. Le second poirier, taillé en double U, avait fait l’objet l’an dernier d’une taille sévère sur le « U » de gauche pour le ramener progressivement sur plusieurs années en harmonie avec le « U » de droite. Pour se faire, Philippe Michot, serrurier de formation, n’a pas hésité à faire un gabarit en fer galvanisé de dimensions comparables au « U » de droite, le long duquel les nouvelles coursonnes ont été et seront conduites. Nous avons procédé à une même recherche de sélection des coursonnes pour garder entre elles une distance raisonnable. Sur le « U » de gauche, il était utile de couper le bourgeon terminal pour favoriser les autres bourgeons, non verticaux, et éviter une pousse à bois trop rapide.

 

Rétablissement d'une forme en U

 

 

Montage d'un gabarit pour favoriser la conduite

 

Ensuite, nous avions à voir des pommiers, également en espaliers, âgés de 4 ou 5 ans, qui ont nécessité une petite sélection de coursonnes. Compte tenu de la faible taille des troncs, il était utile de ne pas trop laisser de coursonnes, car l’arbre risque de s’épuiser. On laisse en général 3 yeux par coursonne.

 

On laisse 2 à 3 yeux par coursonne.

 

L’un des pommiers était un « Belle de Boskop » peu sensible à l’oïdium et à la tavelure, mais craignant les gelées printanières. Un autre pommier était de la « Reinette grise du Canada », auto fertile.

Le prunier, « Mirabelle de Nancy », taillé en plein vent, a nécessité un éclaircissement en coupant quelques charpentières, mais compte tenu de la saison déjà avancée, il aurait été préférable de le faire après la récolte, surtout lorsqu’une grosse branche déséquilibre l’arbre. Après la coupe d’une charpentière relativement importante, Jean-Roger Martinez n’a pas oublié de parer la plaie avec un couteau en forme de petite serpette pour que la cicatrisation se fasse mieux, et éviter les maladies.

 

Coupe d'une charpentière sur pommier avant de parer la plaie.

 

Ensuite, notre animateur nous a montré comment tailler la vigne, son péché mignon. Il a repris les pousses de l’année pour les éclaircir à 15 ou 20 cm environ sur les charpentières, et laissé 2 yeux sur les coursonnes, voire 1 œil si la tige est gracile.

 

Sélection des yeux sur vigne.

 

Laisser 2 yeux sur coursonne.

 

Nous sommes en présence d’une liane. Sa taille se différencie de celle des arbres fruitiers en ce sens que l’on laisse les yeux supérieurs sur une vigne, alors qu’on les supprime sur un arbre fruitier. Il s’agissait d’un Chasselas blanc. Pour le muscat, Gilbert Courtois procède autrement ; il taille après 3 yeux et supprime l’œil intermédiaire. Par contre, comme pour l’arbre fruitier, on se rapproche toujours des charpentières. Eviter les trop longs prolongements de l’année, si le pied n’est pas assez vigoureux. Une vigne se régénère tous les 2 ans. Entre les fils conducteurs, il conseille de laisser un espace de 30 et 40 cm pour bien maîtriser les pousses et éviter une fragilité au vent. La rangée inférieure étant plus sensible au gel, il faut donc éviter de la mettre trop basse. Après le fruit, laisser 3 ou 4 feuilles.

Philippe Michot avait planté un pied de « Perdin » blanc, variété connue pour sa résistance aux maladies, mais sensible aux gelées tardives.

Nous avons aussi assisté à une régénération de pêchers et à un éclaircissement d’un ancien pommier « Delbard Jubilé », taillé en espalier, très chargé en charpentières.

 

Présentation de pêchers.

 

Michel Coquille nous a donné sa recette contre les pucerons : 2 cuillères à soupe de savon noir, diluées dans 2 cuillères à soupe d’alcool à brûler et un litre d’eau ; de même, méthode plus naturelle, laisser une bande enherbée où les coccinelles pourront se mettre à l’abri.

Merci à nos hôtes pour la simplicité de leur accueil et de nous permettre de faire nos démonstrations.

 

© Texte et photos de Georges Chevaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Espace Membre

Calendrier des animations 2017

« Octobre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Météo AUXERRE

Dimanche

min. 4 °

max. 19 °

Ciel dégagé

Lundi

min. 3 °

max. 18 °

Ciel dégagé

Mardi

min. 7 °

max. 16 °

Ciel dégagé

Jardinez avec la Lune

Position de la lune Aujourd'hui

 

cliquez sur la lune